peche

Le péché

La notion de la nature du péché se dilue dans un espèce de flou généralisé et dans ce domaine l’on assiste à un laxisme de plus en plus évident de la part des responsables des églises. Ils prêchent encore au sujet de la nécessité de la sanctification, mais ils n’osent plus trop intervenir pour dénoncer et interdire certains mauvais comportements. Ils ont peut être peur de voir partir leurs « paroissiens », en devenant trop sévères.

Il est cependant important de prendre conscience de la nature, de la gravité et des conséquences du péché, si nous voulons avoir une notion plus juste de la valeur des souffrances et de la mort du Seigneur Jésus-Christ, de la grandeur de l’amour de Dieu, de la nécessité de notre sanctification, et aussi de toutes les conséquences destructrices qu’il engendre et de la destinée finale des pécheurs qui ne se seront pas repentis et n’auront pas cru en Jésus-Christ :

Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. Apocalypse 20.12-15

Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux. Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Ecris; car ces paroles sont certaines et véritables. Et il me dit: C’est fait! Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. Apocalypse 21.2-8

Nous devons aussi comprendre que laisser le péché demeurer en nous ou dans les églises attriste le Saint-Esprit et l’empêche de se manifester librement.

Le but de cet article est d’amener les lecteurs à considérer la gravité du péché afin de chercher le pardon et la délivrance auprès du Seigneur dans une réelle repentance et une foi sincère. Et aussi de créer dans nos cœurs un sentiment de répulsion à son égard, selon qu’il est écrit :

Vous qui aimez l’Eternel, haïssez le mal! Il garde les âmes de ses fidèles, Il les délivre de la main des méchants. Psaumes 97:10

Qu’est-ce que le péché ?

La définition biblique du péché se trouve dans 1 Jean 3:4, et il est intéressant de comparer plusieurs versions du texte, en commençant par la plus connue :

Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. (Segond)

Voici le même texte dans d’autres versions qui aident à mieux comprendre le véritable sens, non seulement du mot « péché », mais ce qu’il est réellement.

  • Quiconque pèche s’oppose à la loi de Dieu, car le péché est la révolte contre cette loi.
  • Quiconque commet le péché commet aussi l’iniquité ; car le péché, c’est l’iniquité.
  • Quiconque fait le péché fait aussi le mal ; c’est le péché qui est le mal.
  • Tous ceux qui commettent des péchés luttent contre Dieu. En effet, commettre des péchés, c’est lutter contre Dieu.
  • Celui qui commet le péché viole la Loi de Dieu, car le péché, par définition, c’est la violation de cette Loi.

Il y a aussi une définition qui se rapporte au sens des mots hébreu (pour l’AT) et grec (pour le NT)

  • hébreu : chatta’ah (khat-taw-aw’) ou chatta’th (khat-tawth’) : ce qui manque le but
  • grec : hamartano (ham-ar-tan’-o :  » erreur, faux état d’esprit » ou encore : « manquer le chemin de la droiture et de l’honneur, faire le mal »

Il faut préciser ce qu’est réellement le péché par rapport à la pensée de Dieu, car je crains que l’expression « manquer le but », comme une flèche qui manque la cible, nous fasse perdre la conscience de la gravité du péché et de ses conséquences.

Nous devons situer le péché d’une part, par rapport à Dieu, à sa sainteté, à ses lois , et d’autre part, aux conséquences pour nous mêmes et pour les autres. Alors nous comprendrons la gravité du péché.

Dieu est saint et pur. Or le péché est une souillure à ses yeux et de ce fait nous sépare de Lui. La loi de Dieu est une loi morale, droite et juste. Le péché enfreint cette loi, c’est une faute, un manque envers la droiture, la justice et la vérité. Enfin toute faute engendre des conséquences. Le péché détruit notre propre intégrité, mais aussi lèse les autres. Il provoque des blessures dans tous ceux qu’il atteint.

Au commencement, lorsque Dieu créa le monde et plaça Adam et Eve dans le jardin d’Eden, ils ne connaissaient pas le péché. Puis, le diable est venu, les a séduits, les entraînant à transgresser l’ordre divin. Genèse 3

Le premier péché de l’être humain a été la désobéissance. Cela peut nous paraître étrange qu’une « simple désobéissance » entraîne de telles conséquences.

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. Romains 5:12

Parfois on peut dire : « Oh ! Ce n’est qu’un simple mensonge ». Cependant, c’est comme cela que « le père du mensonge » a entrainé Adam et Eve à transgresser la Parole de Dieu. Le résultat a été terrible pour eux et pour toute l’humanité qui a suivi leur exemple : « La mort s’est étendue à tous les hommes, parce que tous ont péché« 

Le jour où le péché est entré dans le monde tout s’est déréglé. Jusque là, le fondement sur lequel reposait l’harmonie de la création était la confiance. Le diable est venu semer dans le cœur d’Adam et Eve la défiance, par des paroles calomnieuses envers le Créateur : « Dieu a-t-il réellement dit ? » puis « Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que … » Autrement dit « Dieu vous a menti, pour préserver sa domination sur vous, il ne veut pas que vous soyez comme lui, des dieux ! » Genèse 3:1-4

Alors, le soupçon est entré dans le cœur d’Adam, à l’égard de Dieu et de Eve sa femme. Le fondement sur lequel reposait la vie dans le jardin a été détruit. Le péché est destructeur. En observant les dégâts causés dans le monde par le péché nous devrions être horrifiés.

  • L’adultère et la fornication produisent les divorces, la destruction des familles et la souffrance de ceux qui en sont victimes, parents et enfants.
  • Les relations sexuelles en dehors du mariage sont la cause de ce qu’on appelle avec pudeur : Les MST (maladies sexuellement transmissibles) et parmi elles le terrible sida. Mais aussi sur le plan moral, elles banalisent l’acte sexuel et prépare ainsi les futurs conjoints à l’infidélité, l’adultère et le divorce.
  • L’homosexualité amène le dérèglement et la corruption de la société. Il faut voir le comportement provocateur et immoral de ceux qui en font la promotion.
  • L’usage des drogues, du tabac et autres stupéfiants, crée des dépendances douloureuses et de nombreuses maladies.
  • Les excès de l’alcool occasionnent la déchéance, la violence et de nombreux accidents.
  • Le mensonge, la tricherie, la malhonnêteté, engendrent une méfiance toujours plus grande entre les gens.
  • L’orgueil, l’ambition démesurée, le goût et la recherche du pouvoir, provoquent des conflits, des querelles et des guerres meurtrières.
  • L’injustice, l’égoïsme, le mépris des autres, produisent la révolte et la violence
  • La jalousie, la colère, la méchanceté, provoquent des drames
  • La cupidité, l’avarice, l’amour de l’argent et des richesses, sont la cause de toutes sortes de maux.

Le péché comporte de nombreuses formes que la Bible dénonce sans complaisance. Voici quelques listes du Nouveau Testament, en commençant par les paroles de Jésus :

Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. Marc 7:21-23

D’autres passages sont aussi explicites. Il y est question de passions infâmes, de choses indignes, d’abominations.

… des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement… livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence, de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde. Romains 1:26-31

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu. 1 Corinthiens 6:9,10

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Galates 5:19-21

Sache que dans les derniers jours surgiront des temps difficiles. Car les gens seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges, insensibles, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien, traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, amis du plaisir plus que de Dieu ; ils garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la puissance. Eloigne–toi de ces gens–là. 2 Timothée 3:1

Ces textes ne nous laissent aucune illusion sur l’état du cœur humain. « Les péchés » sont appelés par leur nom et clairement dénoncés. De plus, la Parole de Dieu souligne que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas le royaume de Dieu.

Quant aux lâches, aux infidèles et inconstants, aux dépravés, assassins, noceurs et adultères, aux idolâtres et adeptes des pratiques occultes, bref à tous ceux qui s’écartent de la vérité, leur part sera l’étang ardent de feu et de soufre, la seconde mort. Apocalypse 21:8

Peut-être, quelqu’un dira : « Mais n’exagérez pas, nous ne sommes pas si mauvais, tous ne sont pas abominables. »

Les Ecritures répondent sans ambigüité :

Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul; Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul; … Romains 3:9-12

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; Romains 3:23

C’est pourquoi Jésus dit : « Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. » Luc 13:3

On entend parfois parler du péché comme d’une faiblesse morale ou la conséquence de quelques antécédents familiaux, dont les gens ne seraient pas responsables. On pourrait ainsi remonter jusqu’à Adam et Eve, en passant par nos parents et grands parents, à qui nous en ferions porter la responsabilité. C’est toujours facile de trouver des excuses.

Dieu ne nous demande pas des excuses. Il attend des pécheurs qu’ils se repentent en confessant humblement leurs péchés, puis qu’ils croient à la valeur du sang de son Fils Jésus, pour en être purifiés et enfin qu’ils se convertissent en se détournant du mal. Après avoir levé le poing contre Dieu, ceux qui préfèrent leur péché se lamentent à cause des conséquences. En fait ce que beaucoup regrettent ce n’est pas le péché mais les problèmes qui s’ensuivent. Lorsqu’un voleur ou un meurtrier est en prison on l’entend plus se plaindre de ses conditions que pleurer sur son péché.

Je suis attristé de constater que chez les chrétiens et même dans les églises il existe un véritable laxisme à l’égard de certains comportements. De plus en plus de relations sexuelles avant le mariage, de jeunes filles « chrétiennes » enceintes, sans que personne ne semblent offusqué, ni même étonné, sans parler de la légèreté et de l’esprit du monde qui inspire ceux et celles qui se nomment « chrétiens ».

Le péché doit nous faire pleurer premièrement à cause de ce qu’il est : une souillure mortelle, un lien étouffant, un acte destructeur. Il y a des péchés dont les conséquences sont plus graves que d’autres, car ils impliquent des souffrances pour la famille, pour les enfants, pour les proches, pour d’autres personnes. Quelqu’un qui conduit en état d’ivresse n’expose pas seulement sa propre vie, mais cause à d’autres de grandes souffrances lorsqu’il produit un accident. Un mari ou une femme qui sont responsables d’un divorce lèsent gravement leur famille. Un meurtrier plonge de nombreuses personnes dans la détresse et un immense chagrin. Un violeur occasionne des blessures morales inguérissables, encore plus lorsqu’il s’agit du viol d’enfants. Le vol, le mensonge, la colère, l’impureté, etc. engendrent toujours des problèmes.

Nous observons, malheureusement, qu’il existe de plus en plus, une conception étrangère à celle de la Bible concernant le péché, une espèce de sentimentalisme sirupeux, fondé sur les théories tendancieuses et bonasses des psychos-trucs et machins, souvent construites à partir de « nos bons sentiments » humains.

Il faut revenir à la réalité en partant de ce que Dieu pense du péché et des pécheurs, de la façon dont il nous en parle par la bouche ou la plume de ses prophètes dans la Bible, seule référence sûre. Prenons conscience de la gravité de notre péché, je dis bien « du notre » premièrement, car il est toujours facile de trouver de plus grands pécheurs que soi !

Notre péché peut être différent, nous paraître moins grave, mais il n’en est pas moins destructeur et souvent hypocrite. Nous le cachons parfois sous des apparences de fausse piété religieuse et y ajoutons l’orgueil.

Deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. Luc 18.10-14

Ne minimisons jamais le péché quel qu’il soit. Le fait que Dieu pardonne le péché n’est pas une raison pour le rendre banal. Lorsque je me souviens de la nature de mes péchés, je suis toujours honteux et confus et si je n’avais pas l’assurance de la grâce du pardon de Dieu, je serais terriblement malheureux et effrayé.

Je peux emprunter au prophète ses paroles :

Quand je pense à ma détresse et à ma misère, A l’absinthe et au poison; Quand mon âme s’en souvient, Elle est abattue au dedans de moi. Lamentations 3.19

Mais, heureusement aussi celles qui suivent : Voici ce que je veux repasser en mon cœur, Ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme; Elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande! L’Eternel est mon partage, dit mon âme; C’est pourquoi je veux espérer en lui. Lamentations 3.21-24

Voici encore ce que je proclame avec le psalmiste :

Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné! Heureux l’homme à qui l’Eternel n’impute pas d’iniquité, Et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude! Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée; Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. -Pause. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit: J’avouerai mes transgressions à l’Eternel! Et tu as effacé la peine de mon péché. Psaume 32.-5 De David. Cantique.

Ce n’est que dans la mesure où nous aurons compris la gravité du péché et du malheur qu’il engendre, que nous apprécierons à sa juste valeur le don de l’amour de Dieu à notre égard : Son Fils unique, Jésus-Christ notre Seigneur, offrant sa vie en sacrifice sur la croix afin d’expier notre péché et nous en délivrer.

La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous. Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 1.5 – 2.2

Reconnaissons le péché pour ce qu’il est vraiment et les conséquences qu’il engendre, afin de nous en repentir sincèrement, en recevoir le pardon et de nous en éloigner en marchant dans la sanctification.

PasteurWeb.org


Je partage


Mots clés

péché

Merci de laisser un commentaire

()

Articles similaires

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci