Le peche et le pardon de Dieu

Le péché et le pardon de Dieu

Le péché : définition

Le mot biblique le plus usuel est hattath en hébreux, harmatia en grec, qui signifie une faute par laquelle on manque le but. Plusieurs synonymes nous expliquent davantage la notion du péché : injustice, tort, crime, déviation, révolte, perversion, culpabilité, vanité, infidélité (Romains 3:3), iniquité (Matthieu 7:3). Tous ces mots évoquent une attitude, morale ou expressive, de refus ou de rejet de la loi et des principes établis et condamnables par Dieu. On peut donc définir simplement le péché comme étant la désobéissance à la loi de Dieu.

Celui qui commet le péché viole la Loi de Dieu, car le péché, par définition, c’est la violation de cette Loi. 1 Jean 3:4

Considérons le péché selon deux angles. D’une part, il peut s’agir d’une faute d’omission, c’est-à-dire la négligence de faire ce que la loi ordonne (voir Jacques 4. 17). D’autre part, il peut s’agir d’une faute de commission, qui est l’action interdite par la loi de Dieu (exemple: tu ne tueras point). La gravité du péché quant à elle se mesure dans l’action posée par Dieu pour résoudre une fois pour toute le problème du péché : le sacrifice de Christ à la croix.

Origine du péché

Le péché est présent dans l’univers avant la chute d’Adam et Eve.

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits.Genèse 3:1

L’auteur de la tentation, le serpent, est qualifié d’animal le plus rusé. Cet adjectif nous montre clairement l’origine du mal, car la ruse c’est agir de façon déloyale et trompeuse pour arriver à ses fins. On ne peut pas avoir la ruse si on n’a pas une disposition de mal. Il faut être naïf pour croire que c’est le serpent, simple animal qui a trompé l’Homme.
C’est évident que c’était un adversaire autre qui a pris la forme de l’animal. Cet adversaire est clairement identifié comme étant le diable (l’accusateur), Satan (adversaire).

Il fut précipité, le grand dragon, le Serpent ancien, qu’on appelle le diable et Satan, celui qui égare le monde entier. Il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Apocalypse 12. 9

Il se saisit du dragon, de ce Serpent ancien qui est le diable et Satan. Il l’enchaîna pour mille ans. Apocalypse 20:2.

Il faut noter que c’est Dieu qui a créé Satan. Cependant, il ne l’a pas créé mauvais car tout ce que Dieu a créé était bon, Genèse 1:31. Alors d’où vient donc le mal dans cet esprit céleste? C’est un mystère que personne ne peut découvrir. Tout ce que nous savons c’est la réalité du mal qui est visible.
Le germe du péché qui était porté par le Diable a été donc transmis à l’homme par la désobéissance de celui-ci à la loi que Dieu avait établie.

Et l’Eternel Dieu ordonna à l’homme : – Mange librement des fruits de tous les arbres du jardin, sauf du fruit de l’arbre du choix entre le bien et le mal. De celui-là, n’en mange pas, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. Genèse 2.16-17

La chute de l’homme

Genèse 3:1-6 nous décrit clairement la scène du crime. Penchons-nous sur quelques points importants à relever concernant cette tragédie :

1- Dieu n’est pas responsable du péché de l’homme.

L’Homme avait la capacité de ne pas céder à la séduction de satan. Dieu lui avait tout donné dans le jardin. Il ne manquait de rien aussi bien pour son équilibre physique que psychologique. Dieu ne pouvait pas le mettre en garde par rapport à quelque chose auquel il ne pouvait pas résister.

2- Dieu, l’auteur de la création, avait tout le droit de soumettre l’homme à l’épreuve de l’obéissance

Personne ne peut lui demander le pourquoi.

Mais, qui es-tu donc toi, homme, pour critiquer Dieu ? L’ouvrage demandera-t-il à l’ouvrier : « Pourquoi m’as-tu fait ainsi ? » Le potier n’a-t-il pas le droit, à partir du même bloc d’argile, de fabriquer un pot d’usage noble et un autre pour l’usage courant ? Romains 9:20-21.

Alors, du sein de la tempête, l’Eternel répondit à Job :
Qui donc obscurcit mes desseins par des discours sans connaissance ?
Mets ta ceinture, comme un brave : je vais te questionner et tu m’enseigneras.
Où étais-tu quand je posai les fondations du monde ? Déclare-le, puisque ta science est si profonde ! Job 38. 1-4

3- La tactique utilisée par le diable

Nous avons pu identifier plus haut que le serpent n’est autre que le diable.

– Il commence par créer le doute dans la tête de la femme concernant la parole de Dieu. “ Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?” Genèse 3.1

 

Lire aussi: Dieu a-t-il réellement dit ?

 

– Il traite Dieu de menteur. En effet, il fait croire à l’homme et à la femme que les paroles prononcées par Dieu ne sont pas vraies. Genèse 3:4
– Il leur fait croire que Dieu les empêche de manger le fruit parce qu’il sait qu’ils seront comme lui. Le diable vient ainsi par le mensonge de susciter l’orgueil et la rébellion dans le cœur d’Eve.

Il faut dire que cette même tactique n’a pas changé jusqu’aujourd’hui. Le diable fait tout pour créer le doute sur les principes établis par Dieu dans sa parole. On le voit dans la manière dont l’éducation et les médias polluent aujourd’hui la pensée de l’Homme. L’évolution, l’homosexualité, le fait de faire croire au gens qu’ils sont libres de faire ce qu’ils veulent et qu’il n’y a aucun jugement de Dieu, qu’il faut profiter à fond de la vie sur cette terre car on n’a de compte à rendre à personne et tout finit ici-bas sont autant d’exemples.

4- Genèse 4.5 : comment comprendre “connaître le bien et le mal” dans ce verset?

Il serait difficile de comprendre connaitre juste comme le fait de savoir, d’identifier le bien et le mal. L’Homme savait bien qu’en allant à l’encontre de ce que Dieu a dit il faisait mal (on le voit dans la réponse d’Eve au diable). Donc consciemment il pouvait discerner le bien et le mal.

Il convient de voir dans cette connaissance du bien et du mal, promise par le Diable et convoitée par Adam et Eve, la faculté de déterminer par eux même ce qui est bien ou mal, d’une façon autonome sans se référer à la volonté divine. En fait le Seigneur seul est compétent pour fixer les règles dans ce domaine. Satan a voulu émanciper l’homme et la femme de cette tutelle. Ceux-ci ont eu l’ambition d’être comme Dieu ou comme des dieux. En établissant eux même leur éthique, sans se rendre compte que, bien loin d’accéder à une quelconque indépendance, il devenait les misérables esclaves du diable aux conseils duquel ils se pliaient. J.-M.Nicole (Précis de Doctrine chrétienne, p. 102)

5- L’incrédulité à la parole du Seigneur est la cause de la désobéissance

Genèse 2:17 Dieu dit: « tu mourras » et Genèse 3:4, le diable dit « tu ne mourras pas ». Cette incrédulité a mis Eve dans un état lui permettant d’amorcer le péché.

Alors la femme vit que le fruit de l’arbre était bon à manger, agréable aux yeux, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence. Elle prit donc de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle, et il en mangea. Genèse 3:6

On peut faire un parallèle entre ce verset et celui-ci:

En effet, tout ce qui fait partie du monde : les mauvais désirs qui animent l’homme livré à lui-même, la soif de posséder ce qui attire les regards, et l’orgueil qu’inspirent les biens matériels, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde. 1 Jean 2:16

Tous les éléments du péché sont présents dans le coeur d’Ève. Alors la femme vit que le fruit de l’arbre était bon à manger (convoitise de la chair), agréable aux yeux (convoitise des yeux), et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence (orgueil de la vie).

Les conséquences

La désobéissance d’Adam et Ève a eu les conséquences suivantes :

  • Ils ont eu une attitude de honte et de peur à l’égard de Dieu. Genèse 3.7, Jean 3.20
    Sachant qu’ils avaient fait ce qui était mal, ils n’avaient plus le courage de se présenter devant Dieu. Ils avaient une culpabilité au plus profond d’eux mêmes. La désobéissance à l’ordre divin marque notre conscience de culpabilité vis-à-vis de Dieu et crée en nous un sentiment de vulnérabilité qui se traduit par la peur.
  • Dieu s’est mis en colère contre eux à cause du péché (Genèse 3.24) et a appliqué la sentence ultime réservée au péché: la mort. Cette mort est matérialisée dans un premier temps par la mort physique (tu es poussière et tu retourneras dans la poussière.). Elle trouve par la suite son accomplissement complet dans la seconde mort (l’enfer) pour tous ceux qui ont refusé de croire au salut pourvu par Dieu en Jésus Christ.
    La malédiction a été prononcée contre l’homme et la femme sur plusieurs aspects.
    La femme subira désormais la domination de l’homme. Elle enfantera avec souffrance et douleur. C’est avec souffrance que l’homme aura de quoi manger (dès ce moment le travail a cessé d’être uniquement un acte d’épanouissement pour l’équilibre physique et moral de l’homme).
  • Toute la race humaine a été contaminée par le péché (Romains 5. 19)
    Adam et Ève étant corrompus par le péché, ont transmis cette nature à leur descendance. On naît déjà corrompu par le mal Romains 5:19, 1 Pierre 1:18, Job 14:4
    Cette corruption affecte l’homme dans toute sa personnalité (corps, âme, esprit) Romains 8.7, Romains 6 .19, Habakuk 2.4, Psaumes 78.8, Jérémie 17.9, Tite 1.15. Ce n’est pas pour autant dire que l’être humain est uniquement mauvais. On peut voir des bonnes qualités dans l’homme naturel, mais toutes ces qualités restent insuffisantes car elles ne peuvent pas satisfaire les exigences de sainteté de Dieu et ne peuvent donc pas permettre que l’homme soit déclaré juste par Dieu.

Le pardon De Dieu

Dieu marque le premier acte de miséricorde en couvrant la nudité d’Adam et Eve. Bien que les ayant condamné il ne les abandonne pas. Il fait un vêtement de peau pour couvrir leur nudité. Par la suite de l’histoire, Dieu pourvoit au moyen ultime du salut en la personne de Jésus Christ. Jean 3 .6

En effet, au moment fixé par Dieu, alors que nous étions encore sans force, le Christ est mort pour des pécheurs. A peine accepterait-on de mourir pour un juste ; peut-être quelqu’un aurait-il le courage de mourir pour le bien. Mais voici comment Dieu nous montre l’amour qu’il a pour nous : alors que nous étions encore des pécheurs, le Christ est mort pour nous.Romains 5:12

Car ce que la Loi était incapable de faire, parce que l’état de l’homme la rendait impuissante, Dieu l’a fait : il a envoyé son propre Fils avec une nature semblable à celle des hommes pécheurs et, pour régler le problème du péché, il a exécuté sur cet homme la sanction qu’encourt le péché. Romains 8:3

Si le péché a tout gâté et a créé une séparation entre l’Homme et Dieu, par la mort et la résurrection de Christ, Dieu a donné à l’Homme la possibilité d’être réconcilié avec lui afin de vivre dans sa présence glorieuse.

Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l’a condamné comme un pécheur à notre place pour que, dans l’union avec le Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu. 2 Corinthiens 5:21

Dieu accorde son pardon à l’Homme en le déclarant juste par le prix de son sang versé comme rançon par Christ à la croix. Tout homme peut s’approprier ce pardon uniquement par la foi en prenant pour vrai l’œuvre de la croix tout en demandant pardon à Dieu pour les péchés dans lesquels il vit. Ainsi au-delà de lui pardonner Dieu le transforme entièrement en un être nouveau, qui vit désormais une relation parfaite avec Dieu, qui est la source réelle d’un épanouissement profond de l’homme.

Ainsi, celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici ce qui est nouveau est déjà là. 2 Corinthiens 5:17

Toutefois il est important de bien comprendre que, c’est à un grand prix que Dieu nous a accordé son pardon. Ce prix est la bonne mesure pour réaliser la gravité du péché. Dans la 2e partie de cette série, nous aborderons le prix que Dieu a dû payer pour le pardon de l’Homme.

Références:
J.-M.Nicole:Précis de Doctrine chrétienne
Dictionnaire biblique, Éditions EMMAÜS


Je partage


Mots clés

Amour pardon péché salut

Merci de laisser un commentaire

()

Articles similaires

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci