catholique-conversion-couvent-soeur

Du couvent à la conversion biblique

De ma naissance à ma quarante-cinquième année, j’ai été catholique. J’ai vécu vingt-deux de ces années dans un ordre cloîtré qui se consacre à l’adoration, à la réparation et à la souffrance. Je pensais que la vocation religieuse consistait à sauver le monde, et à être, pour ainsi dire, un modèle réduit de Jésus-Christ.

Ma décision d’entrer au couvent
Ayant passé huit années dans une école catholique où j’apprenais par cœur le Catéchisme, ce manuel de base du catholicisme romain, je croyais de toute mon âme que Dieu accordait des bénédictions particulièrement excellentes à toute famille dont un fils devenait prêtre, ou dont une fille entrait au couvent. Encore adolescente, j’ai pris la résolution de devenir religieuse dès que je serais en âge de quitter mes parents; le jour de mon vingt et unième anniversaire, je suis entrée au couvent contre leur volonté. Malgré l’opposition véhémente de mon père et de ma mère, j’ai suivi ma conviction personnelle.

Quitter mes parents me brisait le cœur, mais je me consolais à l’idée que j’accomplissais la volonté de Dieu en offrant ce sacrifice pour le salut de ma famille et pour celui de tous les non-catholiques, que je croyais voués à l’enfer.

La vie au couvent
Au début, la solitude, la beauté architecturale et la sérénité du couvent me comblaient d’admiration. J’ai appris à faire pénitence, par exemple en dormant sur une planche, en me prosternant sur le sol à l’entrée du réfectoire pour m’humilier, et en me flagellant « pour apaiser la colère de Dieu ». C’est ainsi que j’ai appris à croire en un Dieu inaccessible, qui punit mais ne manifeste pas d’amour. J’avais sans cesse peur de lui. Les années passant, j’ai commencé à sentir un immense vide dans mon cœur et j’ai sombré dans le désespoir. Déprimée, je pleurais sans arrêt ; j’étais remplie de colère contre l’autorité, et je détestais les règlements et les usages si cruels de ce couvent. J’étais affligée d’innombrables maux physiques, et mes membres tremblaient si fort que seul le Valium parvenait à me calmer. Mais les médicaments que je prenais m’abrutissaient et m’ôtaient la capacité de penser et de raisonner.

Mon désir de connaître Dieu
Je voulais tant être assurée que Dieu m’aimait, et j’avais un tel désir de le connaître que je me suis mise à lire les écrits des mystiques. Ils enseignent qu’on peut parvenir à l’union avec Dieu, acquérir une connaissance surnaturelle de sa personne, et atteindre ainsi la sainteté parfaite.

M’enfermant dans cette optique-là, j’attribuais un caractère surnaturel non seulement à Jésus et à la Bible, mais aussi à tous les faits et gestes de ma vie religieuse. Peu à peu j’ai perdu la capacité de raisonner sainement et de faire face à la réalité, car il m’était trop douloureux de regarder cette réalité en face.

Un exaucement à ma prière
Comme mon désespoir et ma dépression persistaient, j’ai crié à Dieu. Dans sa grâce et dans sa miséricorde, il a entendu mes prières. En 1975, un de mes cousins éloignés, converti à la foi biblique, a amené au couvent un évangéliste qui était de passage à New York. Cet homme devait tenir une réunion de plein air pour une paroisse catholique voisine. On m’a permis d’y aller ; pour la toute première fois, j’ai entendu l’Évangile véritable. Pour moi, quelle Bonne Nouvelle, en effet !

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16)

J’ai alors appris que Jésus était mort pour mes péchés passés, présents, et à venir. Lorsque je l’ai accepté comme mon Sauveur et mon Seigneur en me repentant de mes péchés, il a donné la vie à mon esprit qui était mort. Ce fut le commencement d’une relation personnelle entre le Seigneur et moi. Tel est en effet le don de Dieu à ceux qui mettent leur confiance en lui.

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu, afin que personne ne se glorifie » (Éphésiens 2:8:9)

Combien il est indispensable de faire confiance au Seigneur à titre individuel et de croire en lui !

« Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (Romains 10:9)

Ce que j’ai vécu après avoir accueilli la Bonne Nouvelle
Après avoir personnellement accueilli Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur, j’ai commencé à lire ma Bible et à m’adresser directement à Dieu dans la prière. En 1977, j’ai quitté le couvent pour chercher la vérité. Dès lors, seule la Parole de Dieu a constitué pour moi l’autorité suprême ; toutes choses devaient être évaluées à la lumière de la Bible. Mais ce n’était qu’un début.

Je n’avais pas encore pris la mesure des ravages que les fausses doctrines et les fausses croyances avaient faits dans mon corps et dans mes pensées.

Une amie m’a fait connaître une autre chrétienne : celle-ci m’a aidée à comprendre que la mise en pratique de la Parole de Dieu conduit à la santé du corps et à la clarté de la pensée. En effet, grâce à la nouvelle naissance, il nous est possible d’avoir la pensée de Christ. Mon chemin n’a pas été facile, mais il a été rempli de l’amour de Dieu et de ses bénédictions.

La fidélité de Dieu
Le Seigneur m’a manifesté sa fidélité, selon les promesses de sa Parole. Il a promis de me « rendre les années qu’ont dévorées la sauterelle » (Joël 2:25), et il m’a permis de commencer une nouvelle vie remplie de joie et de paix intérieure véritable, une vie que le monde et la religion sont bien incapables de donner.

Ma prière et mon espérance, c’est d’avoir le privilège de partager l’amour et la bonté de Dieu avec tous ceux qui veulent bien écouter ; de pouvoir leur dire que Dieu a un plan pour chacune de nos vies, et qu’il accomplit fidèlement ce plan quand nous nous ouvrons au don du salut en mettant notre foi dans son Fils. « Ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment » (1 Corinthiens 2:9).

Jacqueline Kassar


Je partage


Mots clés

conversion nouvelle naissance religion catholique

1 Commentaire(s)

Merci de laisser un commentaire

()

Articles similaires

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci