conversion-islam-jesus-christ

De l’islam à Jésus-Christ – Témoignage de conversion à Jésus-Christ

Le but du récit qui va suivre, concernant les six dernières années de ma vie, est d’abord pour rendre Gloire à Dieu, qui, dans sa grande miséricorde, s’est penché vers moi, alors que je ne Le cherchais nullement, pour me sauver, transformer ma vie, me rendre heureux et cela parfaitement. Je voudrais aussi que mon expérience soit un encouragement pour ceux qui, étant musulmans, ou autres, recherchent plus que des formes, plus qu’une religiosité sans force et sans puissance, mais désirent ardemment trouver et connaître ce Dieu vivant et vrai, le Créateur du ciel et de la terre. Notre Seigneur Jésus-Christ, que nous appelons Sidna Aïssa, a dit : « Cherchez et vous trouverez » et il est certain, chers amis, que si vous cherchez Dieu de tout votre coeur, vous Le trouverez et cela pour votre bonheur éternel.

« J’ai pratiqué la religion de mes pères: l’islam »

Ce que j’étais avant de connaître Dieu, n’est pas difficile à raconter : un jeune homme de vingt-quatre ans, voulant vivre et profiter de la vie le plus possible, et cela par les moyens qui se présentaient à moi. Je n’étais un ni quelqu’un, ni quelque chose, juste un Algérien parmi des millions d’autres, un musulman parmi des millions d’autres. Je n’étais ni tout à fait honnête, ni vraiment pieux, quoique l’on ait pu dire l’un et l’autre de moi. J’ai, certes, quelques fois pratiqué la religion de mes Pères, l’islam. Je suis souvent allé à la mosquée pour faire les prières rituelles. Aux yeux de tous, je passais pour ayant pratiqué le Ramadan, ce jeûne de trente jours pratiqué une fois par an dans le monde musulman. Mais ce que je cachais aux hommes, Dieu le voyait et cela, je le savais, j’en avais une certaine crainte, mais ne pouvais y apporter aucun remède.

C’est en 1958, à Alger, que j’entendis l’Evangile. J’avoue qu’au début je n’en saisissais par grand-chose et même je ne voulais pas comprendre. Je me rebiffais quand je sentais que cette dame qui me parlait de Jésus-Christ, essayait de me convertir à sa religion, c’est-à-dire à ceIle des Blancs. Je me souviens même lui avoir rétorqué un jour : « Ecoutez, Madame, je suis ici pour apprendre la sténo-dactylographie et non pour parler religion. D’ailleurs, comme vous avez une religion, j’ai aussi la mienne. Vous avez pour guide et prophète Jésus-Christ, moi, j’ai Mahomet. Nous sommes donc à égalité, laissez-moi en paix avec tout cela. » Mais si j’ai réussi momentanément à faire taire cette dame, Dieu, Lui, continua à travailler, et c’est ainsi qu’un jour j’eus entre les mains une petite portion de la Bible, l’Evangile selon St. Jean.

A la lecture de cette Ecriture inspirée de Dieu, petit à petit, la lumière se fit en mon coeur et je commençais à comprendre bien des choses qui m’étaient cachées. Je réalisais que Dieu aime tous les hommes sans distinction de race ou de couleurs, que pour Lui tous les hommes sont Frères et qu’il leur accordait un même amour. Je compris aussi que j’étais un misérable pécheur, indigne de l’amour de Dieu, incapable par moi-même de faire le bien tant le mal était attaché à moi. Mon mauvais coeur s’ouvrait devant moi pour me laisser voir toutes les mauvaises actions, les mauvaises paroles et les mauvaises pensées que j’ai, et dont, hélas, j’étais encore capable et coupable.

« J’étais perdu ! »

J’étais ainsi, placé devant un grave problème, devant un sérieux dilemme. Je me trouvai tout à coup, sans que je le veuille, devant la réalité, une tragique réalité: J’ETAIS PERDU ! L’enfer m’attendait et non seulement moi, mais aussi, mes parents, mes amis, mon peuple. J’avais l’impression que nous étions tous comme assis tranquillement dans un train qui, à notre insu bien-sûr, dévalait une pente fort dangereuse terminant par un précipice fatal. Il me fallait faire quelque chose et rapidement. J’ai sauté du train, c’est-à-dire, j’ai accepté de devenir chrétien. Je n’ai pas opté pour une religion dite chrétienne, mais j’ai reçu Jésus-Christ comme mon Sauveur personnel. N’avait-Il pas, Lui, l’innocent par excellence, subi le châtiment que je méritais? Il était normal que je me tourne vers Lui et cela envers et contre tout. Quelqu’un, peut-être me demandera les raisons qui m’ont poussé à devenir chrétien. Pourquoi j’ai quitté l’islam, alors que, dit-on, toutes les religions se valent? C’est fort simple.

D’abord, et cela je viens de le dire, en lisant la Bible des chrétiens je fus convaincu que si je continuais ainsi j’irais en enfer. J’étais persuadé que malgré tout, malgré notre religion que nous prétendions être la meilleure, la vraie, la pure, je n’étais qu’un misérable pécheur et que le Paradis m’était à jamais fermé. Deuxièment, j’ai lu dans la Bible que Jésus-Christ a dit : » Je suis le premier et le dernier. » Or, chose fort étonnante, Mahomet aussi a dit cela dans le Coran. Il est donc notoire que l’un des deux, soit le Christ, soit Mahomet, essaye de supplanter l’autre. Lequel est-ce donc? En comparant les calendriers chrétiens et musulmans, j’ai, par la grâce de Dieu, trouvé. Savez-vous qu’il existe une différence de six siècles, et que par conséquent, Mahomet n’est venu au monde que 632 ans après Jésus-Christ? Il me fut facile d’après ces données, de savoir qui des deux a dit le premier ces paroles: « Je suis le Premier et le Dernier. »

Dieu m’a complètement délivré !

La troisième raison de ma conversion, et c’est la plus importante, c’est que, à l’encontre de tous les prophètes et guides spirituels, seul Jésus-Christ est ressuscité. L’on peut trouver aujourd’hui les cendres de Mahomet, pas celles du Christ, parce que la mort n’a pu le retenir captif. Il est vivant dans le ciel pour toujours !

Ce que je suis devenu est la preuve que je ne me suis pas trompé. Depuis le jour où j’ai changé de route, je devins un homme nouveau, un autre homme. J’ai changé de tempérament, de caractère. J’étais auparavant tenu par certains vices, certaines passions, j’en suis maintenant libéré, affranchi. Dieu m’a complètement délivré du tabac que je fumais beaucoup. J’avais énormément de haine contre certains, chose qui a complètement disparu aujourd’hui, par l’amour de Dieu. Depuis que je suis chrétien, j’ai souvent vu la main miraculeuse de Dieu dans ma vie et dans mon foyer. Dieu m’a guéri d’un genou malade, ma compagne a, entre autres, été délivrée d’une grosseur au sein, notre fillette, à l’âge de trois semaines a été miraculeusement délivrée d’une hernie dans l’aine. Toutes ces expériences consolident ma foi chrétienne et sont les arrhes d’une éternité heureuse que le Seigneur Jésus-Christ promet à ceux qui se soumettent à Lui.

Ma conclusion sera, cette parole de l’homme de Dieu qui, pensant à son peuple cousin germain du mien, écrivait: « Frères, le voeu de mon coeur et ma prière à Dieu pour eux c’est qu’ils soient sauvés. Je leur rends le témoignage qu’ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence. Ne connaissant pas la Justice de Dieu et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la Justice de Dieu, car Jésus-Christ est la fin de la loi pour la Justification de tous ceux qui croient ». Amen !

Rachid


Je partage


Mots clés

islam repentance

1 Commentaire(s)

Merci de laisser un commentaire

()

Articles similaires

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci